thèmes
Arguments contre
services

Arguments contre la réforme

1. LE PROJET EST INJUSTE ET INSOUTENABLE POUR LES PME

NON à une extension coûteuse de l’AVS. La réforme de la prévoyance vieillesse 2020 présente d’énormes inconvénients pour les entreprises. Si nous voulons garantir nos rentes et notre épargne, nous devons voter NON à ce projet coûteux et inéquitable :

  • NON à une augmentation des cotisations salariales : dès l’adoption de la réforme, les cotisations salariales seront relevées de 0,3%. Et en 2030 déjà, elles devraient une nou-velle fois augmenter dans la même mesure.
  • NON à une augmentation des cotisations aux caisses de pension : rien que pour le régime obligatoire LPP, la hausse des cotisations atteindra 1,6 milliard de francs par année. La partie surobligatoire fera elle aussi l’objet d’énormes coûts supplémentaires.
  • NON à de nouvelles hausses d’impôt : au lieu de diminuer fin 2018, la TVA est relevée de 0,6% à court terme. Et il faudra vraisemblablement l’augmenter à nouveau de 1% sup-plémentaire fin 2025 au plus tard. 
  • NON à l’augmentation des taxes versées à la Confédération : la Confédération devrait injecter dans l’AVS quelque 700 millions de francs supplémentaires par an. Cet argent, elle ne l’a pas et devrait le prélever notamment auprès des PME.

Feulle d'information « Ce que coûte la réforme de l’AVS » (fichier PDF)

2. L’EXTENSION DES PRESTATIONS MENACE L’AVS

NON à une extension des prestations à crédit qui déstabiliserait notre système efficace de prévoyance vieillesse

En rejetant l’initiative AVSplus, le peuple suisse s’est prononcé pour le maintien du niveau des rentes actuel. Dans une société vieillissante, cela a un prix. Au lieu de se concentrer sur ces défis, le projet étend l’AVS et creuse un nouveau trou de milliards de francs dans une assurance souffrant déjà d’un déficit chronique. De telles expériences menacent l’ensemble de la prévoyance vieillesse et mettent en jeu les futures rentes. Il est irresponsable de transmettre ainsi à nos enfants et petits-enfants un chèque sans provision à hauteur de milliards de francs. 

3.    LE PROJET EST INÉQUITABLE

NON à un paquet antisocial et onéreux dont les perdants sont nombreux :

  • Les nouveaux rentiers perçoivent une rente AVS plus élevée. Les personnes déjà à la re-traite non seulement ne profitent pas de cette extension, mais doivent en plus la financer par le biais d’augmentations d’impôt.
    NON à une AVS à deux classes, qui divise la plus importante de nos assurances sociales et ne respecte pas le principe fondamental de l’AVS
  • Durant des décennies, les jeunes paieront la facture de cadeaux offerts à de riches nouveaux rentiers avec un chèque sans provision, alors qu’ils ne seront eux-mêmes pas sûrs de toucher un jour leur propre rente. Le projet ne respecte pas le contrat intergénérationnel.
    NON à la duperie envers nos enfants et petits-enfants
  • Le projet frappe particulièrement fort les simples travailleurs : hausses d’impôt, hausse des cotisations aux caisses de pension, réductions de salaire. De l’autre côté, les riches rentiers reçoivent eux aussi 70 francs de rente AVS supplémentaires par mois.
    NON à une augmentation de rente antisociale, distribuée selon le principe de l’arrosoir
  • Avec la réforme, les bénéficiaires de prestations complémentaires ont moins d’argent dans leur portemonnaie à la fin du mois.
    NON à la discrimination et au manque de solidarité envers les plus faibles
  • La contribution des femmes, qui travailleront plus longtemps pour assainir l’AVS, part immédiatement en fumée.
    NON à une augmentation des rentes sur le dos des femmes

4.    PAS D’AUGMENTATION DE LA TVA AU PROFIT D’UNE PSEUDO-RÉFORME

NON à un surplus de dépenses pour un emballage trompeur qui accroît l’urgence d’une vraie réforme

La plus importante de nos assurances sociales doit être stabilisée de manière durable et retrouver une base saine plutôt qu’être ruinée par des dépenses supplémentaires non couvertes. L’extension des prestations ne vise pas à trouver des solutions, mais se révèle anti-sociale. Au lieu de stabiliser la prévoyance vieillesse, cette pseudo-réforme mène directement à l’impasse. En dépit des hausses d’impôt, la prévoyance vieillesse est hypothéquée de manière telle qu’elle nécessitera irrémédiablement et rapidement des mesures d’assainissement draconiennes. Même le camp du centre-gauche ne conteste pas que la votation, quelle qu’en soit l’issue, sera immédiatement suivie d’une nouvelle réforme.

 

 

Recherche


Login membres

Mot de passe oublié?


Soutenez l’usam en cliquant J’aime sur Facebook !



 






Nos partenaires

Liens directs

helpy - Expertenwissen für KMU